Née du rapprochement historiquement improbable entre l’Etendard 1952 et le BB29, la CTC Brest-Métropole-Basket démarre sa première saison sportive, samedi à la salle Provence.

NM3

Ce mariage de raison n’est pas sans susciter quelques doutes. « On sait qu’on est attendu au virage », prévient Hervé Poullaouëc-Gonidec (BB29) en rappelant le postulat pertinent de cette union : « quand tu as deux clubs qui se posent les mêmes questions et qui arrivent aux mêmes conclusions sur l’avenir du basket brestois, ça donne une CTC prudente mais ambitieuse ».
Le discours résonne comme un écho du côté du vis-à-vis étendardiste, Jordan Wallet : « La première année donne le ton, rythme le tempo à adopter. On sait que tout ne sera pas parfait, loin de là ! Mais, on a tous la volonté de faire progresser le basket à Brest ».

Stabilité

Pour ce faire, la plupart des équipes de BMB évolueront en CTC. Cela semble d’ailleurs plutôt prometteur chez les masculins. « On voit déjà de très belles choses du côté des U15 gars et des U17 gars. Notre volonté d’avoir presque toutes les équipes en CTC permet aussi un nivellement du travail entre les seniors 2 et 3 par exemple », ajoute Jordan Wallet qui sait pertinemment que clochemerle a la vie dure. « Il est urgent de prendre son temps », martèle-t-il conjointement avec son homologue de la rive droite : « On a discuté deux ans avant de mettre la CTC sur pieds. On va donc continuer à se structurer sans se précipiter. Il faudra être patient, tenir bon, et avoir de l’ambition pour réussir cette aventure », conclut Hervé Poullaouëc-Gonidec.

Brest Métropole Basket entame sa saison de compétition, ce samedi à la salle Provence face aux Espoirs de Caen. Un test pour un effectif resté stable que l’entraîneur, Julien Floch, tentera de porter dans la première moitié de tableau.